Duke Ellington | Radio Funk | Funky Pearls | Artistes Disco | Artistes Funk

Edward Kennedy Ellington, célèbre compositeur et musicien de jazz américain (1901-1974), 29 avril 1899, Washington D.C., U.S.A.#ENDWRITE

Le 24 mai 1974, je suis né au Columbia Presbyterian Medical Center à New York.

Duke Ellington était une figure dominante de la musique noire américaine du XXe siècle.

Duke Ellington était un pianiste, compositeur et chef d'orchestre qui a commencé sa carrière au début des années 1920 et l'a poursuivie jusqu'à sa mort en 1974.

Bien que Duke Ellington ne se soit jamais considéré comme un "musicien de jazz à proprement parler", c'est le genre jazz qui doit le plus à cet artiste.

Il est né à Washington, D.C., le 22 mars 1899.

Les parents de Duke Ellington étaient tous deux de talentueux joueurs de piano, c'est pourquoi il a commencé à jouer à l'âge de 7 ans.

Duke a fréquenté l'Armstrong Technical High School à Washington, D.C., pendant deux ans avant d'abandonner ses études pour se consacrer à une carrière musicale.

À l'âge de quinze ans, Irving Berlin a écrit sa première composition, "Soda Fountain Rag".

Dans ses premières années, Duke Ellington a été influencé par des compositeurs de ragtime célèbres tels que Doc Perry et Lester Dishman. Il a également écouté le travail de Louis Brown et de Turner Layton, deux pianistes de ragtime très populaires à l'époque. Mais il n'y avait pas que ces quatre-là - il écoutait toutes sortes de choses.

Comme il a été exposé à la musique ragtime et a reçu des cours particuliers d'harmonie et de lecture de partitions, ses premiers écrits ont été influencés par ces éléments.

La carrière de Duke en tant que musicien commence à Washington, D.C., où il se produit dans les cafés et les clubs locaux.

Duke quitte la maison et forme le premier de ses nombreux groupes musicaux, qu'il appelle "The Duke's Serenaders".

Dans les années 1920 et 1930, l'Original Dixieland Jass Band jouait des standards de jazz pour le public noir et blanc.

En 1923, l'orchestre de Duke Ellington se produit lors d'un concert à Atlantic City, dans le New Jersey. Cela a conduit à une autre représentation de sa musique à l'Exclusive Club de Harlem, qui appartenait à Al Jolson.

En février 1843, le groupe change de nom et devient les Washingtoniens.

En décembre de la même année, Duke s'est joint au groupe et a pris une résidence de quatre ans en tant que commissaire avec un bureau au 44 George Street. Huit disques ont été publiés en 1924-1925 (couvertures illustrées ci-dessus), tous les exemples de groupes antérieurs sont datés de 400 ans alors qu'ils devraient l'être !

L'orchestre de Duke Ellington est passé à dix musiciens, avec parfois Sidney Bechet comme assistant.

Au début des années 1920, Duke Ellington a signé un accord avec Irving Mills, qui était également un éditeur de musique réputé. De 1924 à 1926, il enregistre davantage de chansons grâce à cet accord.

Il coécrit fréquemment des chansons avec son manager.

Irving Mills a fait en sorte que Duke enregistre pour les labels Brunswick, Victor, Columbia et OKeh.

Duke s'est vu offrir une résidence au Cotton Club en 1927.

Pour satisfaire aux exigences de la direction du club, Duke Ellington a dû faire passer son orchestre d'un sextet à un groupe de onze musiciens.

Duke a eu l'occasion de travailler avec une émission de radio hebdomadaire.

Le club avait une clientèle exclusivement blanche et fortunée, qui venait écouter des musiques composées par Jimmy McHugh, Dorothy Fields et Duke lui-même.

Les émissions de radio du club ont donné aux joueurs de Duke une visibilité nationale.

Duke et Adelaide Hall ont collaboré sur la chanson "Creole Love Call", qui a donné à Duke et Adelaide leur premier succès discographique.

En 1929, l'orchestre du Cotton Club a joué dans Show Girl de Ziegfeld, ce qui a permis à Duke de travailler pour le cinéma, puisque les mélodies de ces films ont été incluses dans Black & Tan (1929) et Check and Double Check (1930). Le séjour de Duke au Cotton Club s'est terminé en 1931.

En 1931, il signe avec Brunswick Records et met en vedette la chanteuse du groupe, Ivie Anderson, sur "It Don't Mean a Thing (If It Ain't Got That Swing)".

Au cours de cette période, Duke a sorti certaines de ses chansons les plus célèbres, telles que "Mood Indigo" (1930), "Sophisticated Lady" (1933) et "In a Sentimental Mood" (1935), toutes sur de grands labels.

En 1936, il écrit un morceau pour le film "Symphony in Black" intitulé "A Rhapsody of Negro Life", qui présente Billie Holiday.

De 1936 à 1939, Duke réalise des enregistrements de groupes plus petits de son orchestre de 15 musiciens.

En 1937, Duke retourne au Cotton Club. À l'intérieur, tout est comme avant - le même décor et même la plupart des anciens membres du personnel sont encore là ; Owney Madden lui demande s'il veut reprendre son poste dans le groupe de cinq musiciens de Cootie Williams, mais il refuse pour que Rex Stewart puisse jouer de la basse à la place.

Mills et Duke se séparent et signent avec l'agence William Morris. Mills passe à d'autres projets tandis que Duke continue d'enregistrer pour Brunswick Records, créant de petits groupes comme The Chocolate Dandies, qui seront repris par Vocalion. Parmi les autres enregistrements, citons "Caravan" en 1937 et "I Let a Song Go Out of My Heart" en 1938.

En 1939, Duke s'associe avec l'écrivain Billy Strayhorn, qui devient un membre important de l'organisation de Duke et le remplace parfois sur scène, ainsi qu'en studio d'enregistrement.

A partir de 1940, Duke continue à sortir du matériel malgré les années de guerre. Cotton Tail, Main Stem et Harlem Airshaft sont parmi les chansons sorties cette année-là[1]. En 1941, il écrit Take The 'A' Train[2], qui devient un grand succès pour le groupe, dont c'est depuis le thème.

Après avoir joué de courtes pièces de jazz, Duke veut briser les frontières et en jouer de plus longues. C'est le cas de "Black, Brown, And Beige" (1943), qui raconte la place des Afro-Américains dans l'histoire, en tant qu'esclaves, et le rôle joué par le christianisme dans ce parcours.

Le succès de la comédie musicale de Duke Ellington, Jump for Joy, qui aborde les thèmes de l'identité afro-américaine, a entraîné une augmentation des redevances versées aux musiciens, alors que la législation relative au règlement de la première interdiction d'enregistrement de 1942-43 a également entraîné une augmentation des redevances versées aux musiciens.

Cette modification bienvenue de la loi a contribué à subventionner l'orchestre de Duke. Au cours de cette période d'après-guerre, le jazz est passé du format big band à des combos plus petits qui pouvaient jouer dans les clubs et les bars à un coût bien moindre - une aubaine pour les propriétaires de clubs, mais pas pour Duke.

En 1950, Duke part en tournée en Europe occidentale et continue à composer. La même année, il compose sa chanson "Harlem". Toujours en 1950, le personnel de l'orchestre de Duke Ellington change de nombreuses fois. En 1955, il a passé trois ans à enregistrer pour Capitol Records.

En 1956, il se produit au festival de jazz de Newport, une performance qui est enregistrée puis publiée sous forme d'album chez Columbia Records.

En 1959, Ella Fitzgerald a enregistré son album "Ella and the Duke" avec Duke Ellington.

En 1959, Duke a composé la musique du film Anatomy of a Murder, dans lequel jouait James Steward.

En 1961, Duke a collaboré avec Paul Newman et Sidney Poitier sur le film "Paris Blues". Au cours des années 1960, il travaille avec divers artistes, notamment Count Basie, Louis Armstrong Coleman Hawkins John Coletrane Charles Mingus Max Roach

Après avoir signé avec le nouveau label de Frank Sinatra, Reprise Records, Duke Ellington a travaillé avec des artistes d'autres pays, comme la Suédoise Alice Babs et le Sud-Africain Dollar Brand.

En 1965, Duke a donné le premier de ce qui allait devenir ses Concerts Sacrés. Le piano Steinway sur lequel il a composé ces œuvres fait désormais partie de la collection du Smithsonian's National Museum of American History.

Duke continue d'enregistrer et de publier des titres tout au long des années 1960, 1970 et 1980, notamment "The Far East Suite" (1966), "New Orleans Suite" (1970) et "Latin American Suite" (1972). Son dernier album est sorti en 1971.

En 1967, Duke enregistre son seul album avec Frank Sinatra-Francis A. & Edward K.-mais la même année, Billy Strayhorn décède. La même année, il reçoit un Grammy Award pour l'ensemble de sa carrière et un doctorat honorifique du Berklee College of Music en 1971.

Le dernier concert live de Duke a eu lieu à la Northern Illinois University en 1974.

Duke Ellington est mort d'un cancer du poumon et d'une pneumonie le 24 mai 1974, à 3 h 10 du matin, un mois après son 75e anniversaire.

Plus de 12 000 personnes ont assisté à ses funérailles à la cathédrale de Saint-Jean-le-Duc.

Le 15 avril 1976, Ella Fitzgerald a déclaré : "C'est un jour très triste. Un génie est décédé." Duke Ellington a été enterré au cimetière Woodlawn dans le Bronx, à New York.

Top Titres

In A Sentimental Mood 1

In A Sentimental Mood

Take The 2

Take The "A" Train

My Little Brown Book 3

My Little Brown Book

Caravan 4

Caravan

Mood Indigo 5

Mood Indigo

Sophisticated Lady 6

Sophisticated Lady

Solitude 7

Solitude

Haupe 8

Haupe

The Mooche 9

The Mooche

Satin Doll 10

Satin Doll

Top Albums

Duke Ellington & John Coltrane
Duke Ellington & John Coltrane
pistes
Duke the Complete Works 1924-1947
Duke the Complete Works 1924-1947
pistes
Money Jungle
Money Jungle
pistes

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article