Ce que les chansons disco disent de l'époque à laquelle elles ont été écrites | Radio Funk | Funky Pearls | Actualités Funky Pearls Radio

09 décembre 2022 à 15h27

Analyse des paroles des chansons disco funk célèbres pour montrer comment elles reflètent les préoccupations sociales et politiques de l'époque.

Les années 1970 ont été une période de grands changements aux États-Unis. La musique disco, née à New York à la fin des années 1960, reflète ces changements à travers ses paroles. Elle abordait des questions telles que la consommation de drogues, l'identité sexuelle, les relations raciales et l'inégalité des sexes.

Dans cet essai, je vais analyser quelques chansons disco célèbres pour montrer comment elles reflètent les préoccupations sociales et politiques de l'époque.

"We are family" de Sister Sledge est la première chanson disco à aborder ouvertement les droits des LGBT et c'est une chanson pour s'unir contre l'oppression.

Beaucoup de chansons disco-funk célébraient la liberté et l'égalité, mais cette chanson était plus politique. Elle a été écrite en réponse à l'épidémie de sida qui touchait les homosexuels à l'époque.

Le message de la chanson est que nous devrions tous être unis dans notre lutte pour l'égalité, ce qui en fait une déclaration si puissante.

La chanson a atteint la première place du classement Billboard en 1979 et a même été utilisée dans le cadre d'un rassemblement contre l'homophobie par la maire de San Francisco, Dianne Feinstein !

"Proud Mary" de Tina Turner est connu comme un hymne féministe. Les paroles expriment la force de caractère. Les paroles abordent également les questions de classe et de racisme en faisant référence aux mauvais traitements subis au Mississippi et en Louisiane.

Les paroles de cette chanson sont une déclaration forte contre la violence domestique, qui est une question féministe. La chanteuse a été battue et s'est retrouvée sans le sou ; elle refuse d'être une victime plus longtemps.

En outre, les paroles abordent également les questions de classe et de racisme en faisant référence aux abus subis dans le Mississippi et la Louisiane.

Les paroles sont un exemple de la façon dont la musique disco-funk peut exprimer des messages importants liés aux mouvements de justice sociale tels que le féminisme et les mouvements antiracistes.

"Disco inferno" par The Trammps comprend des références à l'hédonisme et à la consommation de drogues et montre la décadence qui prévalait dans la société de l'époque.

"Disco inferno" de The Trammps comprend des références à l'hédonisme et à la consommation de drogues et montre la décadence qui régnait dans la société de l'époque.

C'est une chanson qui parle de fête et de danse, mais elle fait également référence à la fête intensive avec des drogues. En d'autres termes, c'est une chanson qui célèbre la culture de la drogue tout en critiquant la dépendance dangereuse.

Dans une ligne, ils disent : "Je vais t'emmener plus haut que haut."

Il ne s'agit pas simplement de rendre quelqu'un heureux ou excité, mais plutôt de le faire planer sous l'effet de la drogue, de sorte qu'il ne puisse plus distinguer la réalité de l'imaginaire, ce qui peut entraîner des problèmes.

"Boogie Wonderland" de Earth, Wind & Fire peut être lu comme un appel à l'unité entre les minorités. La chanson critique également le consumérisme avec des paroles telles que "we're goin' through the motions".

"Boogie Wonderland" de Earth, Wind & Fire peut être lue comme un appel à l'unité entre les minorités. La chanson critique également le consumérisme avec des paroles telles que "we're goin' through the motions".

La chanson est un exemple du genre disco funk, qui était populaire à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Elle a été publiée en 1979.

"Le Freak" de Chic traite de l'oppression des homosexuels à New York à l'époque, avec des paroles faisant référence aux descentes de police dans les bars gays comme le Stonewall Inn.

Les paroles de la chanson "The Freak" de Chic traitent de l'oppression des homosexuels à New York à l'époque, avec des paroles faisant référence aux descentes de police dans les bars gays comme le Stonewall Inn.

L'homosexualité était illégale dans de nombreux États, dont New York. Le harcèlement policier des personnes LGBT est courant et ces dernières ne sont pas autorisées à servir ouvertement dans l'armée.

Elles sont également victimes de discrimination en matière d'adoption et de droit au mariage, car leurs relations ne sont pas reconnues par la loi ou les institutions religieuses.

"I will survive" de Gloria Gaynor aborde les thèmes de l'autonomisation et du dépassement des mauvaises relations à travers des paroles comme "Now go...walk out the door...just turn around now...you're not welcome anymore".

La chanson parle d'une mauvaise relation, et les paroles sont responsabilisantes, encourageant l'auditeur à quitter la mauvaise relation et à aller de l'avant. Cette chanson est un hymne disco classique qui a résisté à l'épreuve du temps.

Une autre chanson disco bien connue qui aborde le sexisme est "Bad Girls" de Donna Summer, avec des paroles comme "bad girls talkin' about what they gonna do to my reputation".

"Bad Girls" de Donna Summer est une chanson disco populaire qui aborde le sexisme. Les paroles mentionnent l'industrie de la musique, avec des lignes telles que "I've been working hard on my music career", et incluent un exemple de ce qui pourrait arriver si une femme était licenciée en raison de son sexe.

Le refrain affirme qu'elle ne les laissera pas "me faire tomber", ce qui implique qu'elle ne laissera pas les hommes la traiter injustement ou la maltraiter en raison de son sexe.

Comme nous l'avons vu, la musique disco a une influence puissante sur ses auditeurs. Les paroles de ces chansons contiennent d'importants messages sociaux qui reflètent les préoccupations et les luttes de leur époque.

Il est également clair que la musique disco n'était pas une simple mode, mais une forme d'art dont la popularité perdure aujourd'hui, comme en témoignent des artistes comme Daft Punk, qui ont été influencés par la musique disco depuis leur enfance.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article