ENDRECHERI, un groupe convaincant qui brouille le sacré et le raisonnable | Radio Funk | Funky Pearls | Actualités Funky Pearls Radio

27 septembre 2022 à 16h54

Les spectacles d'ENDRECHERI contiennent souvent des actes qui oscillent entre le ludique et le sacré.

Depuis que j'ai vu Tsuyoshi Domoto interpréter ENDRECHERI lors de l'étape tokyoïte de "SUMMER SONIC 2018", une forte émotion m'habite.

Ils ont joué comme s'ils plongeaient dans un océan de musique sans fond, dans un espace isolé et coupé du monde extérieur.



ENDRECHERI est un grand orchestre accompagné d'un corps de cor et de chœurs.

La musique qu'ils jouent en direct ressemble à un groupe qui groove avec des phrases ondulantes de chaque instrument, et un numéro de funk impressionnant avec des cornes et des chœurs gospel qui ajoutent de la couleur.

Le public, qui entendait le groupe pour la première fois, a été attiré par des phrases et des rythmes accrocheurs qui ont explosé du début à la fin.

La performance de Domoto à la basse est si puissante qu'elle nous laisse bouche bée. De plus, il lance des solos de guitare à couper le souffle pendant le spectacle, et il nous est impossible de le quitter des yeux.

Il semble que de nombreuses personnes qui ont assisté au spectacle "Summer Sonic" à Tokyo voyaient ENDRECHERI pour la première fois, tout comme moi.

Mais au fur et à mesure que la chanson était jouée, la conscience des gens de ce qu'ils faisaient semblait changer rapidement.



Sa belle voix, qui continue de rugir puissamment et profondément du début à la fin - avec une voix qui vacille comme une corde - a la même force d'attraction que son son.

Sa voix unique - froide, douce, gracieuse et passionnée - est irrésistiblement sexy lorsqu'elle est associée au son tropical collant.

La voix de Tsuyoshi Domoto se marie bien avec l'instrument, mais il ne chante pas en dehors de la tonalité.

L'intonation unique de ses chansons et de ses contrefaçons enfle comme si elle était entrelacée avec le son déferlant comme une vague furieuse venant de derrière. D'une certaine manière, j'ai senti que l'image sonore contenait son intention de s'intégrer aux sons de ses compagnons.



L'interprétation de "Summer Sonic" par ENDRECHERI a été choquante, car elle a duré très longtemps et a couvert cinq scènes différentes.

Le groupe joue sans maître de cérémonie, et l'ingénieur du son monte sans cesse son micro trop haut. Les musiciens jouaient chacun leur tour des solos, ce qui entraînait parfois des pauses gênantes remplies par le bruit de fond amplifié.

Pour être honnête, c'est peut-être la première fois que je n'ai pas été distrait par le bourdonnement dans ma tête. La performance était si dynamique et vibrante qu'elle m'a impressionné malgré mon état.



Domoto lui-même est également un excellent musicien, et sa voix de fausset pleine d'âme complète à merveille les lignes de guitare funky.

A la fin de Summer Sonic, j'ai été impressionné par une scène de session ultra longue où il a pris le commandement de corps instrumentaux.

Le son d'ENDRECHERI est puissant et tranchant, comme un coup de cuivre. Mais lorsque Domoto joue de l'instrument d'accompagnement, son ton s'adoucit.

Il a levé sa main droite et a fait un geste en direction du public. La façon dont il contrôlait d'une seule main une boule de son géante m'a donné l'impression de voir son charisme, et mon cœur a tremblé.

Lors d'un festival - en plein air, rien que ça - il a offert un spectacle mystérieux et spectaculaire.

C'était comme si toute l'expérience musicale qu'il avait accumulée au cours de sa carrière et son étonnant sens du timing étaient évidents dans chaque coup de baguette, à tel point que j'avais l'impression qu'il voulait lui-même faire partie de cette musique. Le regarder diriger ainsi m'a laissé sous le charme.



La musique d'ENDRECHERI est amusante, mais elle a aussi des sous-entendus sérieux.

Les gens ont pu penser que la musique funk était difficile à interpréter jusqu'à ce qu'ils voient la joie de ses interprètes pendant le spectacle, et qu'ils puissent exprimer cette joie musicale pure en dansant d'une manière qui venait du cœur.

En regardant et en vivant le film avec notre propre corps, nous pouvions éprouver un plaisir plus grand que si nous l'avions simplement consommé comme un artefact.

Le fait qu'ils jouent avec une telle familiarité, sans être gênés par leur superbe talent, laisse le public en admiration, créant ainsi les conditions parfaites pour un grand spectacle.

ENDRECHERI, dirigé par Tsuyoshi Domoto, submerge son public avec des figures outrageuses tout en le faisant danser confortablement.



Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article