France Chébran Volume 2 | Radio Funk | Funky Pearls | Actualités Funky Pearls Radio

11 mai 2022 à 11h32

France CHEBRAN – FRENCH BOOGIE – 82/89 VOL2

CHEBRAN-radio-funk-funky-pearls.jpeg (192 KB)

Dans les années 80, les Français n'avaient pas peur : quand certains se jetaient tête baissée dans la musique ou les affaires, d'autres allaient jusqu'à enlever leurs hauts et leurs bas pour se faire remarquer...

Bernard Tapie doit vite comprendre que sa fortune d'homme d'affaires réside dans le succès. De nombreux mélomanes se rêvent déjà en haut de l'affiche, un monde fait de rythmes funky et de synthés qui défilent lentement à l'horizon.

Certaines de ces expériences incluaient du funk new-yorkais mélangé à des sons électroniques, orientaux ou africains.

Souvent adeptes de la « farce tranquille » initiée par les nouvelles radios libres, ces musiciens de tous horizons recherchent l'argent facile dont on parle tant.

Avec leurs arrangements à la croisée des genres, leurs textes souvent scandés, ils rendent hommage à la génération Touche Pas À Mon Pote et dessinent sans le savoir les prémices de la culture urbaine contemporaine en France.

Il faut dire que cette époque est parfaite pour mixer dans tous les sens. C'est arrivé avec l'arrivée du pouvoir de la gauche, de nombreux sans-papiers ont été régularisés, et la culture du Sud est devenue à la mode dans tous les milieux.

Lorsqu'ils admirent la « beauté sauvage » de Grace Jones dans les publicités de Jean Paul Gaultier, c'est en contraste avec le temps libre dont profitent les habitants de ce pays.

"Suivant l'exemple de The Clash, les punks et les rockers se convertissent au reggae et les nouvelles radios gratuites étendent leur programmation à la 'world music'"

Le club Keur Samba à Paris est un point chaud où les politiciens de tous bords viennent parler de l'avenir de la France dans un cadre luxueux.

A l'autre bout de la pyramide, des vagues successives d'immigration enrichissent la France d'une bien meilleure façon.

Avec l'essor de la MJC, la pratique d'un instrument de musique devient accessible aux personnes de tous horizons et ouvre de nouveaux styles de musique.

Pour ces personnes déracinées de France, la musique a pris un nouveau sens qui va au-delà de l'expression. Il a été adopté comme moyen de trouver une place dans leurs nouvelles maisons et de raconter les changements qu'ils ont traversés.

Pour ceux qui viennent à leur rencontre, c'est une merveilleuse oasis de nouvelles influences qui séduira un public plus large.

Les musiciens de cette scène vivent une vie qui n'est probablement pas aussi réussie et facile à vivre que l'aurait souhaité Bernard Tapie.

Pourtant, les recherches qu'ils présentent ne laissent aucun doute : ces artistes méconnus sont bel et bien partis à l'aventure. Ils ont littéralement facilité une nouvelle culture hybride en participant à l'essor du hip-hop français.

BREAKER-REBEUX-france-chebran.jpeg (196 KB)

Depuis les années 1960, de nombreux établissements destinés à la communauté maghrébine ont fait leur apparition un peu partout en France.

La vieille génération voit souvent les bars comme des lieux de ruine. Ils ne savent pas ce qu'il y a de l'autre côté de leur huis-clos où le 45t oriental a saigné, mêlé aux productions locales, au son raï, funk ou proto-hiphop.

Grâce au support cassette, les nouvelles pièces circulent principalement dans les milieux populaires. La cassette touche les gens de Paris, Lille, Strasbourg, Marseille et d'autres villes.

Les artistes s'y sont rassemblés tournant dans leur propre orbite sonore et embrassant les sons de leur pays d'accueil.

Lyon est une ville où de nombreux labels se regroupent dans ce domaine, comme Green Star, Mosquito, SEDICAV, Mérabet, Bouarfa et El Bahia.

Lentement mais sûrement, cette scène plus obscure s'ouvre à de nouveaux publics : Nordine Staifi ou Shams Dinn se font entendre sur vinyle et Carte De Séjour se fait repérer par le DJ anglais John Peel...

nordine-staiffi-funk.jpeg (194 KB)

Emmené par Rachid Taha, ce groupe de rock arabe est même tombé sous le charme de Douce France de Charles Trenet. Teinté de chaudes sonorités orientales et d'une pointe d'ironie, leur reprise a été étrangement censurée en France.

Ailleurs, les nouveaux venus sont les bienvenus dans le jeu. Aux côtés des Français d'origine, de nombreuses personnes se joignent à Gaelle Aubineau lorsqu'elle a créé un système d'accueil et d'auto-entretien. Avec ce jeu de ping-pong, elle a trouvé le moyen de faire en sorte que tous les Français se sentent chez eux tout en restant fidèle à leur identité.

Grâce à Vally du populaire duo Chagrin d'Amour, la troupe est repérée par Slim Pezin, un producteur, qui la boxe sous le pseudo Ettika.

Malgré beaucoup de couverture médiatique et d'attention, rien ne semblait être d'une aide. Ce single a fini par être trop niche pour l'époque et n'a malheureusement pas réussi à faire sortir le quatuor du ghetto.

Ce morceau mélange une mélodie française et arabe pour créer un souvenir touchant des racines du hiphop français. Il n'y a rien d'ouvertement misogyne là-dedans, contrairement à de nombreux autres morceaux pop.

Avec l'essor des radios libres autorisées par le gouvernement de François Mitterrand, les ondes radio françaises n'ont jamais été aussi bonnes. Des genres jusque-là inconnus d'Afrique ou des îles françaises peuvent obtenir du temps d'antenne. Tout dépend cependant des goûts de chaque DJ à certains égards.

Depuis le premier 'sung talk' entre deux morceaux de funk américain et quelques musiques du Maghreb, Phil Barney anime sur Carbone 14.

Phil-Barney-Carbone14.jpeg (52 KB)

Avec sa sensibilité accueillante et son humour, il a trouvé une nouvelle façon d'entrer en contact avec les auditeurs.

Des concours mettent également en lumière de nouveaux talents, comme Marie José Fa ou Ettika. Pendant ce temps, sur des chaînes plus secrètes, une multitude de contenus auto-produits (Creole Star, Manu etc.) sont diffusés.

La vive émulation n'a évidemment pas échappé aux requins des studios de l'époque qui assaisonnent tout et n'importe quoi d'une petite touche d'exotisme pour stimuler les ventes.

C’est ainsi également que persévèrent certains vieux routiers du groove qui signent pour eux-même ou pour d’autres quelques belles productions d’époque.

Slim Pezin est largement connu pour ses morceaux disco funk en tête des charts. Dans les années 70 et 80, il faisait partie d'Arpadys et de Voyage Records, qui produisaient des tubes de nombreux chanteurs français comme Claude François ou Mylène Farmer.

Il écrit également les bandes sonores de nombreuses animations (pour les labels Telemusic ou CBS).

Il est marié à une Camerounaise, a de nombreux amis comme Manu Dibongo et Bernard Estardy, et il aime le groove et les sonorités africaines.

Au début des années 80, il fait connaître le groupe Kassav' et réalise notamment la production de huit titres dont Chagrin d'Amour et Ettika.

Sammy Massamba est une véritable icône de la musique congolaise. Il débute sa carrière dans les années 1960 avec le groupe vocal Les Cheveux Crépus.

Initié par la suite à la guitare, ce touche-à-tout intègre rapidement des influences espagnoles, afro-funk ou encore Disco dans ses compositions.

Souvent interrogé sur les raisons pour lesquelles il n'a jamais visité les États-Unis au cours de sa carrière, il est l'auteur de nombreux tubes afro, le plus célèbre étant "Private Property".

JM Black, avec un oncle directeur de radio et une cousine bassiste exceptionnelle (Vicky Edimo), baigne dans la musique depuis l'enfance.

Arrivé en France au début des années 1980 pour étudier, il fait ses premières armes dans le groupe Overdrive avec les frères Accardo.

Les Little Americans étaient un groupe d'adolescents français et étaient célèbres pour le son new-yorkais.

La chanteuse Sophie Darel a quitté le groupe pour poursuivre une carrière de mannequin, et c'est donc surtout Alain Malard qui tourne depuis.

JM-BLACK.jpeg (121 KB)

Lancé en 1984, alors que le breakdance était déjà à la mode, le "Lipstick" coloré de JM Black est malheureusement passé inaperçu… Jusqu'à aujourd'hui !

Philippe Chany et deux de ses amis, Phil Krootchey et Fred Versailles, créent Love International en 1981, pour lequel Alain Chabat chante.

Il aime l'humour potache et est un compositeur spécialisé dans les émissions de télévision en réseau comme "Les Nuls", "Nulle Part Ailleurs" et "La Cité De La Peur". Il a également écrit une parodie arabe de la chanson de Caroline Loeb qui s'appelait "C'Est La Ouate".

Blague à part, son seul et unique disque (sorti en 1983) "Rive Gauche" témoigne d'un goût prononcé pour la musique orientale.

hamidou-chanteur.jpeg (207 KB)

En 1984, le chanteur algérien Hamidou sort un titre obscur écrit par un célèbre arrangeur de musiques de films, Farid Belkhirat.

Le titre est produit et accompagné d'un clip vidéo au cours de l'année suivante. Cependant, comme il n'est pas diffusé fréquemment à la radio, il reste obscur et n'est connu que par les anciennes générations.

En 1998, une chanson intitulée "Yakalelo" devient un succès estival pour Hamidou.

Cependant, le pays est encore très conservateur et ce clip est surtout considéré comme un moyen de détourner la jeunesse de musiques trop subversives comme le raï.

Après ce succès éphémère et un tube de l'été diffusé par TF1 en 1998 "Yakalelo", plus d'un million d'exemplaires vendus), Hamidou continue aujourd'hui à faire de la musique en animant des mariages dans sa région.

Alec Mansion

Avant de fouler la scène du top 50 au sein du groupe-fratrie Léopold Nord & Vous avec "C'est l'Amour", le Belge Alec Mansion a eu une autre vie.

Léopold-Nord-Vous.png (1.33 MB)

Entre 1982 et 1983, il compose deux albums électroniques avec deux membres du groupe Telex.

Avec ses accords chics et ses textes écrits par Marc Moulin, "Trop Triste" est produit entre Liège et Montréal.

Si le résultat de cette collaboration n'a jamais été un succès commercial, les disques de cette période restent très recherchés par les connaisseurs.

Voir aussi

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article