DÉDICACES
  • Sam : La seule webradio funk à mon goût
  • Mimi : Nice ?‍??
  • Eric NC : Bonne écoute et bon dim !
  • Elias : Bravo ? à DJ Valdo , il nous a bien regalé une nouvelle avec des mix de dingue ! ????
  • Popo : Top ! Popélop ?
  • Gaspar : Merci pour le son funk
  • PuccaLilcandy : Feel soooo good to be in Aimé's kitchen!!! ???????????!!!
  • Aimé : Joyeuses fêtes à toutes et à tous
  • Mido : Yepaaaa c bon ça ?
  • STEPHEN : Merci de passer Alexander O'Neal.
  • Stephane : À mon pote Valdo
  • Zincou o top : Oh top
  • Jérémy : Bon son pendant le run ??
  • Jean-Luc : Keep on funky! Love your Station!
  • Nico : J'aime !
  • Sebastien : De la bombe
  • Patrick : La funk c'est ma drogue journalière !
  • Patrick : La funk c'est la classe
  • EliseRadio : bonjour l'éauipe
  • Reinemimi : BRAVO
Historique des titres joués
Liste des flux

The Sound Of Philadelphia


La Renaissance de Philadelphia International Records : Une épopée musicale inégalée

 

Des artistes qui représentaient le meilleur de leur genre. Des chansons émanant de Philadelphie et résonnant dans le monde entier, avec une musique aussi somptueuse que l'âme.

Les missives du label - incarnées par un logo récurrent représentant une main d'ébène annonçant "Grown Folks Music Only Here !" - annonçaient l'arrivée de "Black Class Pride, Futurequake 2016".

L'ascension de Philadelphia International Records : La naissance d'un phénomène musical

Philadelphia International Records (PIR) continue d'être un phare : plus qu'une simple maison de disques, elle représente l'essence de la musique noire américaine pour que tout l'univers la reconnaisse.

Si Stax Records à Memphis représente les annales de la musique noire à la base et Motown Records à Détroit ce que les Noirs aspirent à devenir depuis longtemps, Philadelphia International s'est positionné au premier plan de l'identité afro-américaine : transcender les barrières tout en conservant sa fierté.

La ville de l'amour fraternel est devenue le foyer d'une Renaissance noire florissante qui s'est déroulée dans les années 1960.

PIR est né de la volonté de deux hommes déterminés à ne pas commettre deux fois les mêmes erreurs.

 

 

Huff a rencontré Gamble lorsque ce dernier a pris la relève du jeune Thom Bell au sein de son groupe The Romeos.

Leon et Kenny s'associent pour la première fois en 1966, en lançant Excel Records.

La révolution sonore de Philadelphia International Records : Quand la musique noire prend son envol

Le duo lance son label Neptune Records en 1969, signant The O'Jays, The Three Degrees et Billy Paul. Plus tard, ils engagent Bunny Sigler en tant qu'auteur-compositeur, producteur, arrangeur et chanteur.

 

 

Gamble & Huff avaient tiré une leçon précieuse de la fermeture de Neptune Records ; ils voulaient se concentrer sur un niveau plus élevé de l'industrie musicale.

Dans un effort pour devenir un acteur plus important de la musique noire, le géant CBS cherchait des moyens d'étendre son succès avec les superstars du crossover, Sly & The Family Stone, et des groupes de niche plus modestes comme Buddy Miles, non seulement en raison de leurs succès, mais aussi de la passion de leurs fans.

Gamble & Huff : Les architectes du son emblématique de Philadelphia International Records

Gamble et Huff, qui savent parfaitement ce qu'il faut faire ET ne pas faire, ont amassé autour d'eux un trésor d'artistes fidèles et d'auteurs-compositeurs de premier ordre.

Ils devaient trouver des arrangeurs et des musiciens capables de donner à l'album un son allant du funky à l'élégant. Ils avaient également besoin d'une distribution nationale, d'un marketing et d'une promotion solides s'ils voulaient que leur musique soit entendue par un grand nombre de personnes.

Mighty Three/Assorted Publishing et les compositeurs de Gamble & Huff ont également été inclus dans l'accord, ainsi que le vieil ami Thom Bell. Alors que l'encre noire séchait sur le papier blanc, l'aboutissement d'une rencontre musicale a vu le jour.

Au milieu des années 1970, la société de Gamble et Huff - désormais appelée Philadelphia International Records (PIR) - a conclu un partenariat avec Archie Bell & The Drells qui a débouché sur plusieurs succès. PIR a ensuite signé avec Billy Paul pour son album Going East .

La première chanson de PIR à entrer dans le classement Billboard Magazine R&B Singles est "You're The Reason Why", du quatuor vocal The Ebonys, de Camden, New Jersey. Elle a atteint la dixième place de ce classement au printemps 1971.

Bien que Gamble & Huff obtiennent quelques autres succès dans le Top 20 avec "It's Forever", les autres titres du groupe s'essoufflent rapidement. Cela s'est avéré être une leçon importante : ils n'ont pas toujours réussi du premier coup et ont dû continuer à travailler dur pour affiner leur art, ce qu'ils ont fait dans les années qui ont suivi.

Les voix puissantes de Philadelphia International Records : Des artistes qui ont marqué l'histoire

Contrairement à la Motown, PIR n'avait pas la réputation de former des talents. Leurs artistes étaient généralement des vétérans très expérimentés, soit en tant qu'artistes exécutants, soit en tant qu'artistes interprètes, qui avaient traversé toutes les tempêtes préparatoires de la "route" ou du "circuit chitlin".

Ils avaient payé leur dû et appris de leur expérience, et ils savaient que cette nouvelle opportunité était une chance de réussir.

Comme les spectacles de la société avaient tendance à plaire davantage aux adultes, PIR disposait d'une base solide parmi les auditeurs d'âge mûr, même si de nombreux artistes attiraient des fans de toutes les tranches d'âge.

Le début des années 1970 a été une période d'opportunités économiques pour de nombreux Afro-Américains, qui ont accédé à l'université et à la classe moyenne en grand nombre après que les réformes des droits civiques ont contribué à mettre fin à la ségrégation.

L'augmentation du revenu disponible permet aux gens d'avoir plus d'argent pour les voyages, les histoires d'amour et la vie sociale. Cela leur a également permis de danser quand ils le souhaitaient !

Alors que la guerre du Viêt Nam se poursuit et que la drogue envahit les villes américaines, de nombreux Afro-Américains jouissent d'un meilleur mode de vie.

Les artistes et la musique de Philadelphia International Records ont constitué la bande-son de la vie de nombreuses personnes, dans les hauts comme dans les bas.

Le premier succès de PIR s'est produit avec une introduction grondante au piano, un groove latin serré surmonté d'une guitare de jazz qui ouvre la voie à une orchestration majestueuse, puis six rythmes syncopés dans l'âme qui culminent avec la ligne "WHAT THEY DOIN' !".

La chanson "Back Stabbers" a fait fureur durant l'été 1972, et les O'Jays étaient à leur apogée en tant que trio mené par Walter Williams et Eddie Levert.

Cette histoire édifiante de double peine est un classique qui a repris là où "Smiling Faces (Sometimes)" de The Undisputed Truth s'était arrêté pour devenir le premier single de People in Rags.

 

 

En novembre, les natifs de Philadelphie Harold Melvin & The Blue Notes - avec le chanteur Theodore Pendergrass (fraîchement débarqué du trône de la batterie) - n'auraient pas pu être plus heureux de voir leur premier succès n°1 avec "If You Don't Know Me By Now".

 

 

Le musicien de jazz Billy Paul n'a pas su quoi faire après que son single "Me and Mrs. Jones" a atteint le sommet des classements pop et R&B en 1972, l'envoyant sur la route avec Diana Ross en première partie.

 

 

Mais la famille PIR a pris soin de Philly Soul comme d'un enfant perdu depuis longtemps.

Les Blue Notes sont revenus en 1970 avec "The Love I Lost", un titre sur lequel la batterie d'Earl Young est devenue la pulsation proto-disco qui allait influencer les pistes de danse du monde entier. Et si les auditeurs pensaient trop à leurs pieds pendant ces moments entre les cires, ils étaient rapidement ramenés à l'attention par un tube des Intruders - et le fait d'avoir toutes ces chansons disponibles sur un seul LP a donné un nouveau sens à l'expression Greatest Hits !

I'll Always Love My Mama", un slow jam qui raconte comment un homme se languit de l'amour de sa vie et lui demande de révéler son nom.

 

 

Entre-temps, le trio féminin The Three Degrees a percé avec son tube rêveur et mélancolique "When Will I See You Again" - et a plus tard ajouté sa magie vocale à un puissant instrumental qui est devenu le thème de l'émission de télévision Black Music de Don Cornelius, qui connaît un essor fulgurant.

 

 

"Soul Train" a été l'hymne de tout leur mouvement, mais "T.S.O.P." (The Sound of Philadelphia), lauréat d'un Grammy, par MFSB (Mother Father Sister Brother), l'incomparable orchestre maison du PIR, a également joué un rôle essentiel. (The Sound of Philadelphia), par MFSB (Mother Father Sister Brother), l'incomparable orchestre maison de PIR, a également joué un rôle essentiel :

Au PIR, la place des femmes était sur un trône - comme les reines du Quiet Storm : toujours classe, raffinée, sexy avec goût et merveilleusement talentueuse sur le plan vocal.

 

 

Après The Three Degrees, Jean Carn a connu un grand succès avec le label Black Jazz et des collaborations avec Norman Connors avant de sortir une série de tubes sur PIR - "You Are All I Need", "Don't Let It Go to Your Head", "and When I Find You Love".

 

 

Gamble & Huff, à la recherche du bon mélange d'émotion et de puissance pour leur premier disque avec Dee Dee Sharp, ont fait appel à Terry Callier pour des lectures dynamiques de "What Color is Love ?". de 10-CC "I'm Not In Love", "Invitation" (Withdrawn from Sale) et "I've Got To Learn Better".

 

 

Les Jones Girls, un groupe de trois chanteuses qui a émergé à l'époque du disco et qui a connu des succès comme "You'll Make Me Love Somebody Else" (Vous me ferez aimer quelqu'un d'autre)

L'album propose un ensemble de chansons fascinantes qui vont de l'intensément personnel ("I Just Love The Man", "Dance Tuned Into A Romance") à des œuvres richement évocatrices telles que "At Peace With Woman", qui a ensuite été samplée par Xscape sur leur tube "Who Can I Run To" et est devenue l'une des chansons les plus populaires de l'histoire du rhythm and blues.

Lorsque les Jones Girls se séparent en 1980, Shirley poursuit sa carrière musicale avec le tube "Do You Get Enough Love".

Les États-Unis ont célébré leur bicentenaire en 1976, honorant ainsi les 200 ans de leur déclaration d'indépendance. Les festivités se sont concentrées sur Philadelphie, où se trouve la Cloche de la Liberté.

 

 

Teddy Pendergrass a accédé à la célébrité avec "Wake Up Everybody", une chanson qui a également fait tourner les yeux de la nation vers le ciel, cette fois pour Harold Melvin & The Blue Notes préparés à devenir des superstars internationales,

L'année suivante, il sort son premier album solo, Teddy Bear, qui sera suivi d'une série d'albums plus que platine, soutenus par des chansons torrides comme "Close the Door".

 Turn Off The Lights", "Come Go With Me", "Only You" et "Love TKO" - ces chansons sont toutes de Frankie Valli & the Four Seasons.

 

 

Les concerts "For Ladies Only" de Teddy sont légendaires et, en 1976, la fratrie de superstars The Jacksons quitte la Motown pour créer sa propre maison de disques.

Le groupe signe un contrat avec Epic Records, ce qui lui donne une plus grande liberté de création et lui permet de se développer en tant qu'artiste sur des chansons comme "Show You the Way to Go" et "Good times".

 

 

Lou Rawls, qui n'avait enregistré que quelques albums chez Capitol Records et MGM avant de devenir l'un des artistes crossover les plus populaires de l'histoire de la musique américaine, a atteint une nouvelle notoriété après avoir rejoint PIR. Son premier album pour ce label s'intitule You'll Never Find Another Love Like Mine.

En citant ses chansons les plus mémorables, telles que "Lady Love", "See You When I Git There" et "Let Me Be Good To You", il est capable de séduire même le moins musical d'entre nous.

Le legs intemporel de Philadelphia International Records : Des chansons qui résonnent encore aujourd'hui

 

 

Dexter Wansel, un musicien au style dynamique qui a fait partie du groupe Yellow Sunshine mais qui s'est fait connaître grâce à son disque de fusion R&B/jazz futuriste "Life on Mars".

 

 

La piste de danse disco vibrait au rythme de la chanson "Do it Any Way You Wanna" de People's Choice, qui a figuré dans le Top 10 de TSOP (la filiale du Sound of Philadelphia) et les O'Jays, qui ont enchaîné les succès, de "Love Train" à "For the Love of Money".

 

 

L'énergique "Give the People What They Want", le tendre "Darlin', Darlin' Baby (Sweet, Tender Love)" et les brûlots "Stairway to Heaven" et "Let Me Make Love To You", ainsi que le titre "Message in the Music", digne d'un slogan, ont fait de l'album le dernier album de PIR à figurer dans les hit-parades en 1976.

La série d'albums classiques de Philadelphia International Records - chacun conçu pour être écouté de la première à la dernière chanson, encore et encore - était un tour de force stimulant qui couvrait tous les aspects de la vie, de l'amour et de la survie.

En 1976, l'Amérique a célébré son bicentenaire. La célébration a été particulièrement forte à Philadelphie, où se trouve la Liberty Bell.

Pendant ce temps, Philadelphia International Records fait sa propre déclaration en publiant l'album Harold Melvin & The Blue Notes et en tournant le regard de l'Amérique vers le ciel.

K.G., un prophète dont Dexter Wansel a immortalisé les paroles dans la cire sous le titre "A Prophet Named K.G.", écrivait souvent de courts sermons sur des thèmes de l'album qu'il jugeait dignes d'un commentaire plus approfondi.

Les œuvres d'art du directeur artistique Ed Lee, qui rendaient hommage à la culture afro-américaine, entre autres, ont inspiré les auditeurs avant même qu'ils n'entendent une seule note de musique.

Des peintures saisissantes comme celles qui figurent sur la pochette de War of the Gods de Billy Paul et de Survival de The O'Jays sont également accompagnées d'œuvres plus élégantes comme le premier album éponyme de The Three Degrees ou To Be True de Blue Notes.

 (la couverture représentant une seringue d'héroïne dans un cercueil funéraire) - il était aussi époustouflant que la musique qu'il contenait. Non seulement PIR a produit des tubes et des superstars, mais il a aussi relié la culture noire à sa compassion pan-mondiale.


Une fois que les auditeurs ont placé l'aiguille sur la table tournante, inséré une cassette ou enclenché leur magnétophone 8 pistes, ils ont été transportés dans un autre monde grâce à l'incroyable travail de conception sonore de l'ingénieur Joe Tarsia.

Les voix et les cordes ressemblent à des couvertures fraîchement lavées, tandis que les cuivres sonnent comme s'ils avaient été conçus par des génies.

Alors que PIR continue de croître et de prospérer, son penchant pour la prise de risques avec des artistes chevronnés tels que The Dells de Chicago et Archie Bell & The Dells de Houston reste intact.

 

 

Ils ont connu leur premier succès avec The Stylistics, un groupe de R&B de Philadelphie, qui a remporté un succès avec "Hurry Up This Way Again "*. Ils en ont remporté un autre avec la chanson "If Only You Knew" de leur compatriote Patti LaBelle, qui est restée quatre semaines à la première place des classements musicaux.

 

 

 

Cependant, Gamble & Huff et Philadelphia International Records sont les deux entités qui ont véritablement réussi à lui redonner l'image brillante qu'elle méritait : Phyllis Hyman.

 

 

Après trois ans d'absence en 1986, avec l'époustouflant album Living All Alone, cinq ans plus tard, en 1991, Joan Baez a offert à la planète un ensemble enviable de classiques, dont "Old Friend".

Le triomphe le plus doux-amer a été la chanson qui a ENFIN porté l'ancienne "dame sophistiquée" de Broadway, Diane Schuur, jusqu'au sommet du classement R&B du Billboard, sur les ailes rendues populaires par le groupe Soul II Soul.

Outre "I Dont Wanna Miss a Thing" (le dernier tube R&B produit par Nick Martinelli pour le label), j'aime aussi "Don't Want To Change The World", un autre titre de cet album.

Même après son tragique suicide en 1995, la collaboration de Phyllis Hyman avec PIR a laissé deux CD complets de matériel "dans le coffre" pour éventuellement consoler les fans au cœur brisé.

Il n'est pas surprenant que, même après que Gamble & Huff ont fermé les portes de la nouvelle musique de Philadelphia International Records au début des années 90, la musique du groupe soit restée dans les mémoires.

Leur son luxuriant a continué à dominer les ondes, échantillonné par une grande variété d'artistes et de producteurs créatifs de hip-hop et de néo-soul".

Angie Stone a emprunté l'intro glacée de "Back Stabbers" pour sa propre chanson, "Wish I Didn't Miss You". French Montana a incorporé une version orchestrale de "Come Go With Me" de Peaches & Herb dans son titre "Roll with Me".

Jay-Z a utilisé deux sections majestueuses de "Something for Nothing" de MFSB dans sa chanson "What More Can I Say". Nipsey Hussle a incorporé l'ambiance vocale obsédante de "Who Am I" des O'Jays dans son morceau "All Get Right".

Big Pun a utilisé "Darlin', Darlin' Baby" comme hook et backing track pour sa chanson "I'm Not a Playa".

Ciara a chanté une interpolation de "If You Don't Know Me By Now" des Blue Notes, tandis qu'Usher a utilisé leur chanson "Is There a Place For Me" comme toile de fond pour son propre titre "Take Your Hand".

Dans sa chanson "Make It Look Good", Mariah Carey s'est inspirée de la ponctuation de la chanson "Let Me Make Love To You" des O'Jays.

Le duo d'Atlanta OutKast (qui a travaillé avec l'équipe de production Organized Noize) a ralenti le rythme de sa chanson "GhettoMusick" en reprenant la chanson "Love, Need and Want You" de Patti LaBelle pour en faire un crochet hypnotique et entêtant.

PIR, une entreprise qui transforme la musique pour créer des succès pour les jeunes générations, a créé des dizaines de nouvelles chansons à partir de chansons plus anciennes.

En 2021, Philadelphia International Records fêtera son 50e anniversaire, une étape importante qui témoigne du succès continu du label à rassembler les gens par le biais de la musique.

Nombre de ses meilleurs collaborateurs - sous les feux de la rampe ou derrière - sont décédés.

Et bien que les bâtiments et les équipements aient changé de mains, l'esprit du PIR se perpétue dans les mots de Gene McFadden et John Whitehead.

En 1979, McFadden & Whitehead ont remporté un succès avec "Ain't No Stoppin Us Now". Depuis lors, l'équipe n'a cessé de donner au monde ce dont il a besoin : des chansons sur Philadelphia International Records.

 

Player Funky Pearls

 

 

Web Application

Plutôt Disco ou Funk ?

Laisser une dédicace sur la Radio

Vinyle Funky Pearls 3